Comment utiliser une variable shell dans awk ?

Merci Google encore une fois ! Je cherche depuis une bonne demi-heure comment faire pour afficher une variable shell dans awk et je tombe sur un forum ubuntu qui me donne la réponse. Je suis trop contente !

Il suffit d’utiliser l’option -v et de passer en paramètre la valeur de la variable shell que l’on souhaite utiliser.

Cf. un exemple ci-dessous :

Je parse un fichier et j’affiche la ligne qui m’intéresse ainsi que la variable shell que j’aurai créée au préalable. C’est très utile quand on manipule plusieurs fichiers et qu’on veut afficher une colonne du fichier d’origine et une colonne du fichier destination et ce en une ligne.

awk -v VAR= »$myShellVariable » ‘/^MY_PATTERN/ { print $1 « ; » VAR }’ $myFile

Source : forum Ubuntu

Les 20 ans de Solaris en vidéo

Je ne suis pas experte Solaris. Les seules fois où j’ai utilisé Solaris c’était pour le superviser via l’outil de supervision zabbix. Ce que je remarquais c’est que Solaris est souvent employé pour les bases de données Sybase. Mais ne me demandez surtout pas pourquoi, je ne saurais vous répondre. Toujours est-il que j’ai trouvé une vidéo intéressante sur le net retraçant les 20 ans de Solaris. Je me suis dit que cela serait un bon début pour en apprendre un peu plus.

Ne vous inquiétez pas, vous n’avez pas besoin de vous connecter à facebook pour la lire. Vous devrez vous connecter uniquement si vous souhaitez la partager.

Vidéo sur les 20 ans de Solaris

J’apprends que ce sont les inventeurs de ZFS, un type de filesystem, un système de fichiers 128 bits. Par exemple avec ZFS vous n’avez plus besoin de lvm (logical volume manager). Il n’y a plus besoin d’assigner une taille précise quand on manipule zfs, c’est de « l’autoextend ». J’en avais entendu parler mais je n’ai pas encore eu l’occasion de l’utiliser. La particularité de zfs c’est qu’il accepte 16 milliards de milliards de fois plus de fichiers qu’un système 64 bits par exemple.