CommitStrip : le blog des codeurs, un humour de geek !

CommitStrip, c’est un blog qui raconte la vie de codeurs avec une note d’humour. Si vous savez ce que « cron » signifie ou encore le fameux « hello world« , ce blog est fait pour vous. C’est un pur moment de détente !

Mais ce blog ne parle pas que de code, il traite aussi de sujets d’actualités comme la samsung watch par exemple ou encore GTA V.

D’ailleurs ils font une levée de fond ou crowdfunding pour pouvoir sortir une BD, une vraie !

 

NipLife, NipDev et NipTech : podcasts pour geeks !

J’aime beaucoup échangé avec les internautes, via mes articles, via twitter ou encore via Google+. D’ailleurs Mika (de mkframework.com) m’a fait découvrir les podcasts high tech via mon article sur les bonnes résolutions de la rentrée. Merci Mika !

J’ai écouté plusieurs podcasts de NipDev. NipDev est consacré à l’univers du développement, ce podcast traite de thématiques variées. C’est très complet, allant de la conception (Merise par exemple), à la phase de tests (Junit), en passant par le dév pur (Apis REST, XML-RPC) et en faisant un petit saut vers les bases de données (noSQL), sans oublier les tests de charge (jmeter). J’ai appris énormément de choses, tant humainement via le récit de la vie de développeurs, que techniquement. Je conseille donc à tous NipDev !

Passons maintenant à Niplife, c’est la première fois que j’écoute le podcast, et en plus, j’ai assisté au live. C’est génial de pouvoir interagir avec les présentateurs via la chatroom et également avec d’autres internautes tout aussi sympas :) J’ai appris ce qu’était la méthode GTD (Get Things Done), j’en ai profité pour acheter et téléchargé le livre sur ma liseuse Kindle. J’ai redécouvert Evernote, du coup je l’ai téléchargé sur mon ordinateur et sur mon téléphone Samsung Galaxy S4 mini ;) L’épisode d’aujourd’hui est en cours de montage, vous pourrez le voir rapidement sur SoundCloud et sur Itunes :

Je n’ai qu’un mot à dire, bravo !

Mise à jour du 30/09/2013 :

Je viens d’écouter pour la première fois le podcast Niptech, le n°199, en live, oui, je vous l’accorde, j’en ai mis du temps ;) J’ai pu discuter avec les présentateurs sur la chat room, ainsi qu’avec les nombreux internautes. Ils ont traité de plein de sujets high tech, comme les levées de fonds pour différents projets via KickStarter comme Spike par exemple. C’est carrément futuriste ! Je ne vous en dis pas plus, je vous laisse découvrir l’enregistrement du live. Ils ont même cité mon prénom lors du niptech 199 (à 1h30 et 48 secondes), allez écouter, ce sera coupé au montage car cela fait partie de la phase de brainstorming sur le choix du titre ;) !

 

Fière d’être geek !

Matrix

Je vais vous avouer un truc, un secret, c’est une sorte de confession. Les geeks ont un cœur et ils ont, au passage, une vie en dehors du high tech ! Enlevez-vous de la tête l’image de geeks boutonneux, à lunettes et sans vie sociale. Entre nous, il en existe encore, ça c’est sûr, mais ce n’est plus la majorité. Il existe bel et bien des geeks, qui savent jongler entre leur passion de la technologie et leur vie sociale. Ils voient leurs amis, restent en contact avec leurs familles, ils voyagent même !

Tout ceci pour dire qu’il faut arrêter de cataloguer les geeks et les geekettes au passage. Oui, je suis une femme geek et fière de l’être, je ne m’en cache pas, je trépigne de joie quand j’achète un nouvel ordinateur. Je deviens folle quand je vois les fonctionnalités du dernier smartphone. Je suis intarissable quand je présente ma nouvelle liseuse Kindle. Je sens l’adrénaline monter quand je comprends comment fonctionne un script ou un programme informatique. Je ne m’en cache plus, je ne m’en cache pas, quitte à ce qu’on me prenne pour une nolife.

Or, ce que les gens ne comprennent pas, c’est qu’on peut aimer les nouvelles technologies et apprécier un bon livre. On peut passer aisément d’un programme shell au dernier album de Zaho. On peut écouter un podcast high tech et l’instant d’après regarder pour la n-ième fois un épisode de la série Friends.

Ce que je veux vous dire par là, c’est que vous devez être fiers d’être geeks et ne surtout pas le cacher. N’hésitez pas à avoir des discussions de geeks, à dire que vous aimez bien manipuler des lignes de commande, que vous sautez de joie quand un script s’exécute sans erreur.

Cela m’a fait beaucoup de bien de parler avec vous, chers internautes.

Proud to be a geek ;)

Web Button - Be Yourself

 

Mise à jour de dernière minute, j’apprends qu’aujourd’hui c’est le « Programmers’ Day » !

 

 

Génie de l’informatique ou pas (via @leblogdefatiha)

génie ou pas

Dans la vie, il y a deux catégories de personnes :
– soit vous êtes un génie, vous comprenez tout du premier coup, vous avez une logique implacable, vous êtes vif d’esprit
– soit vous n’avez rien de tout ça et dans ce cas, votre seule option est de travailler encore et encore de manière acharnée

Je suis dans le 2e cas malheureusement et heureusement.

Malheureusement car je dois connecter mon cerveau en permanence, je dois activer ma mémoire, je dois faire sans cesse des recoupements, je dois prendre des notes et j’en passe. Tout ça pour arriver au 1/10e du niveau d’un génie. Mais ceci c’est sans compter sur ma persévérance, je travaille sur la durée, je ne fais pas du court terme.

Vous devez sûrement être nombreux dans ce cas et vous vous demandez souvent : « pourquoi je ne suis pas un génie, pourquoi je dois travailler sans cesse pour progresser ? N’y a-t-il pas un moment où je pourrai me reposer sur mes acquis, souffler un peu ? ». Ce que je peux vous dire, c’est que ce n’est pas grave. Au contraire, vous avez du mérite, vous pouvez vous targuer d’avoir réussi par vous-même. Vous n’avez pas de don particulier, vous avez travaillé pour réussir. Et c’est tout aussi glorieux.

Les personnes de la 1ère catégorie, j’en ai connu. C’est très vivifiant de travailler avec ce genre de personnes, elles sont « speed », parlent et réfléchissent en même temps lol. Par contre, elles se lassent très vite vu qu’elles ne goûtent pas au bonheur de chercher. Vous savez ce sentiment, cette satisfaction, cette émotion que vous ressentez quand vous arrivez enfin à accomplir quelque chose.

Ce que j’aime par dessus tout c’est qu’en travaillant de manière acharnée, j’ai découvert énormément de choses. Que ce soit en biologie (ce par quoi j’ai commencé) ou en informatique. Je suis à l’écoute, je suis en mode ON. J’aime bouquiner, j’aime « stabiloter », j’aime l’odeur des cahiers neufs, j’aime avoir du stylo sur les doigts. Ce n’est pas une honte de le dire. Un de mes rêves serait d’avoir une énorme bibliothèque avec tout plein de livres, tout plein de cahiers, tout plein d’ordinateurs, tablettes, … Ma pièce à moi, rien qu’à moi :)

A l’école, les enfants entendent toutes sortes de remarques : « intello », « bouffon », etc. Cela les marque toute leur vie, jusqu’à ce qu’ils comprennent par eux-mêmes que ce n’est pas une tare d’aimer travailler et réviser.

Et vous, êtes-vous plutôt génie ou bosseur/bosseuse ?

View Results

Loading ... Loading ...

Appel à témoins : Etre une femme dans l’informatique

femme informatique geek

Je peux résumer en une phrase ce que vivent la plupart des femmes dans l’informatique : « une femme est nulle jusqu’à preuve du contraire ». C’est assez navrant mais c’est la réalité.

Travailler dans un domaine technique et plus particulièrement dans l’informatique, nécessite d’avoir les nerfs solides pour une femme.

Des remarques, il y en a eu beaucoup. Des sous-entendus encore plus. Des silences qui en disent long, je ne les compte plus. Mais ce qui énerve le plus, c’est de se rendre compte que quelque soit le projet, quelque soit l’interlocuteur masculin, c’est le même comportement que l’on rencontre au départ.

Une femme se doit de confirmer, démontrer, argumenter ce qu’elle avance. Moi-même je dois travailler quelque fois deux fois voire trois fois plus pour démontrer que 1+1=2. Je plaisante un peu mais on y est presque. Après il y a toujours des hommes qui veulent entendre que ce qu’ils veulent entendre, alors dans ces cas-là on s’entendit dire :

– « oui, mais de toute façon c’est pas toi qui décide, tu n’es pas chef de projet »

– « oui, mais vas-y explique-moi dans ce cas comment ça fonctionne »

– « oui, mais c’est compliqué »

– « oui, mais je n’ai pas le temps de t’expliquer, j’ai du travail, moi »

– « oui, mais je n’ai pas le temps de résumer ça dans un mail »

– « t’es de mauvaise humeur aujourd’hui » (quand on est trop insistante)

– « voilà l’experte » (quand on veut nous mettre en « galère »)

– « attends, je reformule » (comme si on ne savait pas s’exprimer, à moins que…cet homme veuille s’approprier nos idées)

– « on ne t’entend pas » (en pleine réunion téléphonique, pas de problème je répète)

– « ça va ? t’es sûr ? » (oui, mais pourquoi ça n’irait pas)

 – « t’as compris ? »

– « c’est marrant, t’es la seule femme dans le bureau ? » (oups, je ne l’avais pas remarqué dis-donc)

Le plus souvent ce qu’on remarque aussi c’est qu’on fait appel à nous pour des tâches prétendument féminines : faire un compte-rendu de réunion par exemple.

Que faire dans ces cas-là ? Que faire quand tout ce qu’on dit n’est pas assez technique, pas assez argumenté, pas assez détaillé ? Il faut :

– persévérer,

– se perfectionner dans n domaines techniques (programmation, bases de données, système, applicatif, réseaux …), de toute façon ce n’est jamais assez ;)

– communiquer,

– avoir confiance en soi

– s’estimer

– s’affirmer

– ne pas procrastiner

– convaincre

– tout noter (même les citations)

– être 100% à l’écoute en réunion et être à jour dans ses mails

– savoir dire non (quand c’est nécessaire)

– refuser les compliments futiles, inutiles, intéressés (cela cache toujours quelque chose, on fait rarement des compliments à un homme)

Toutes ces choses ne s’apprennent pas à l’école, on ne nous dit pas : « attention, en tant que femme, tu auras deux fois plus de travail à faire, tu devras sans cesse démontrer ta légitimité… ». Cela s’apprend sur le tas.

C’est pour cela que j’ai lancé cet appel à témoins pour savoir si d’autres femmes en informatique étaient dans le même cas que moi. Idem pour les hommes adoptant ce comportement de manière consciente ou inconsciente, j’aimerai avoir votre avis.

Merci !