Qualités requises pour un informaticien ou une informaticienne

Un informaticien n’est pas uniquement celui qui tape du code derrière son écran, ou encore celui qui administre des centaines de serveurs Linux, ou encore celui qui est pro en bases de données. Un informaticien doit développer d’autres compétences que ses compétences techniques. Il doit être capable d’apprendre vite et de se mettre à jour côté technique, mais pas seulement.

Que doit-il connaître ? Comment doit-il se comporter ?

Je vois tous les jours des profils d’informaticiens fermés, enfermés dans leur techno, enfermés dans leur jargon. Je suis informaticienne, donc je les comprends à peu près mais que dire des personnes qui les entourent… Que dire de la personne côté MOA, ou encore, côté qualité, est-ce que cette personne comprend cet informaticien ? Est-ce que cette personne a envie d’aller vers cet informaticien ? Pas tant que ça.

J’ai envie de dire à ces informaticiens de développer d’autres qualités que leur technicité, d’autres qualités que leur ténacité, … Lesquelles me direz-vous ?

Une des qualités que doit avoir un informaticien est sans aucun doute l’ouverture. Il faut s’ouvrir aux autres, comprendre leur domaine, comprendre leurs besoins, comprendre leurs langages.

Il faut être capable de vulgariser ce qu’on fait. Perdre un interlocuteur au bout de 10 secondes de réunion n’est pas un but en soi, une victoire, un succès. Il faut au contraire se mettre à la place de notre interlocuteur et parler son langage. A quoi ça sert de parler technique si en face c’est silence radio. C’est bien beau de faire un monologue mais ce n’est pas comme ça qu’on fait avancer les choses. Ce n’est pas comme ça qu’on garde un projet ou qu’on en gagne un nouveau.

Ces soi-disant experts, ne le sont pas tant que ça. Ils sont experts dans leur bulle, dans leur cercle d’experts uniquement. Ils ne sont pas experts en communication. Quand vous lisez leurs mails, ils n’ont aucune structure. Ils se doivent d’être brefs et concis, clairs et pédagogues. C’est loin d’être le cas de certains.

Je ne dis pas que j’ai un bon relationnel, mais je fais des efforts, contrairement à la plupart d’entre eux.

Donc je lance un cri d’alarme, « Ô vous informaticiens, soyez de bons communicants, soyez pédagogues, soyez ouverts, un autre monde existe autour de vous, alors arrêtez avec votre jargon technique ! ».




Mes lectures sur le développement personnel

Getting things done – Get things started – Do it now – Avoid procrastination and so on…

Je suis fan de livres et d’articles sur le développement personnel et le coaching en règle générale. J’aime beaucoup les citations postées sur Twitter par des pontes en développement personnel ! Cela me motive énormément et m’aide à avancer que ce soit dans ma carrière ou dans ma vie personnelle. Je suis particulièrement fan des bouquins et articles écrits en anglais. Je trouve que cette langue s’y prête beaucoup. Ne me demandez pas pourquoi, je ne le sais pas moi-même.

Il y a des années que je lis des bouquins et des articles sur le développement personnel et ce sur un tas de sujets :

Et je peux vous dire que cela m’a permis d’avancer dans la vie.  D’une, ça m’a permis de relativiser, et de deux, cela m’a permis de trouver des méthodes pour réussir.

Vie personnelle

Dans la vie personnelle, lire Mars et Vénus, m’a permis d’apprendre énormément de choses sur la vie de couple. Je me retrouve très souvent devant des situations détaillées dans le bouquin et je m’amuse à appliquer les solutions décrites (le laisser dans sa grotte et lui parler une fois qu’il en sera sorti et surtout pas avant LOL).

On apprend aussi à relativiser, le brouillard finira par se dissiper, le tout est de patienter. Les bonnes choses finiront par arriver, le tout est d’espérer. L’homme et la femme sont dotés d’un fort pouvoir de résilience, je l’ai appris en lisant un bouquin sur une personne ayant vécu des atrocités dans son enfance et pourtant elle s’en est sortie. Il faut être reconnaissant et savourer ce qu’on a d’abord avant de toujours vouloir plus. Réfléchissez à ce que la vie vous a donné au lieu de toujours être insatisfait.

Mes lectures m’ont aussi appris à déjouer les manipulateurs. Ils ont tout un tas de techniques qui peuvent être décelées plus ou moins facilement : vous faire culpabiliser, trop vous flatter, vous faire douter, vous isoler… Ce sont ces techniques qu’il faut repérer avant de tomber dans leur piège car après ce sera très difficile de sortir de cet engrenage.

J’ai aussi appris beaucoup sur la gestuelle de mes interlocuteurs : croiser les bras, la distance entre mon interlocuteur et moi, le détournement du regard, l’intérêt de l’interlocuteur par rapport à ce que je dis, … C’est très instructeur et cela évite de parler dans le vide devant quelqu’un qui ne s’intéresse pas du tout à ce que vous dîtes. Et inversement, quand on voit quelqu’un copier inconsciemment sa gestuelle, c’est que cette personne s’intéresse à ce que vous dîtes.

Vie professionnelle

Dans la vie professionnelle, les conseils que j’ai piochés dans les livres et articles sont innombrables ! J’ai appris à être plus productive, à être plus ponctuelle, à prendre des décisions plus rapidement, à lire plus vite, … Et ce toujours avec des exemples précis à la clé, comme le fait de ne pas attendre le bon moment pour faire les choses, au contraire, il faut démarrer tout de suite. Il faut éviter de faire partie des personnes râleuses et négatives, et de plomber l’ambiance. Il faut se contrôler sans cesse et contrôler ses émotions négatives. On doit trouver quelque chose de positif dans chaque situation, ou presque.

Je reviens au domaine professionnel et à la gestion de carrière en général. On se doit d’être vigilant et de bien faire ses choix de carrière. Je suis en SSII et je fais gaffe aux missions qu’on me propose, je me demande souvent si c’est en adéquation avec mon parcours et mon souhait d’évolution, je ne dois ni régresser ni m’égarer dans une voie (une niche). Je dois sortir de ma zone de confort, prendre des risques, apprendre de nouvelles technos et ainsi progresser encore et toujours. Je ne dois pas avoir peur de faire de mauvais choix (comme accepter une mission avec plus de 80% de serveurs sous Windows), l’essentiel est de s’en rendre compte et de réparer le tir très vite. A présent j’accepte des missions avec des serveurs majoritairement sous Linux !

Conclusion

Je vais arrêter là, je pense que j’en ai déjà assez dit. En effet, dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es. Car je ne veux pas non plus que vous lisiez en moi ! Trêve de plaisanterie, toutes ces lectures m’ont été profitables, m’ont aidé à progresser dans la vie et me montrent qu’on a toujours et encore une marge de progression. Le sur-place n’existe pas si on se donne les moyens de réussir et surtout si on s’entoure des bonnes personnes. On éloigne de nous les personnes toxiques qui nous tirent vers le bas, on évite soi-même de devenir une personne toxique et on devient une personne motivante, dynamique et motivée. J’écrirai d’autres articles sur le sujet, car ce sujet me passionne !

Et vous, êtes-vous fan de développement personnel ?

Devenez des détecteurs de mensonges

Lie detector

Le titre de cet article est accrocheur, mais vous restez sceptique, allez-vous vraiment apprendre quelque chose de nouveau ? Allez-vous vraiment savoir si quelqu’un vous ment ? Serez-vous vraiment à même de déceler les moindres signes qui vous indiqueront si quelqu’un se « paie votre tête » ou pas ?

Avant de vous indiquer quelques tactiques, je vais commencer par vous décrire quelques cas de figures.

Imaginez-vous au soleil, en vacances, dans une contrée lointaine. Vous y êtes, ça y est ? Bon, on continue alors. Vous êtes dans un souk pour touristes, des vendeurs vous interpellent mais il y en a un qui est plus coriace que les autres. Il vous promet monts et merveilles, des colliers avec des perles de culture, des vraies, somptueuses, magnifiques et j’en passe. Dit-il la vérité ou bien se paie-t-il votre tête en voulant vous refourguer de la camelote. A vous de le deviner, à vous de faire en sorte qu’il vous le dise. Voilà donc le premier cas de figure.

Autre ambiance, autre situation, autre contexte, vous êtes au travail, plongé dans un dossier compliqué. Vous avez travaillé seul sur ce dossier, c’est la derrière ligne droite. Vous avez presque terminé, il ne vous reste que quelques éléments à intégrer et puis c’est terminé. D’un coup, un collègue débarque et vous propose de le relire et de vous remonter ses corrections. Vous vous dîtes que c’est tellement sympathique de sa part, vous pensez déjà à la manière dont vous allez le remercier. A bout de force, en manque d’énergie, vous acceptez sa proposition. Puis, vous hésitez, vous vous demandez si c’est un piège ou pas. Est-ce que ce collègue ment ou pas ? Qui me dit qu’il ne va pas s’attribuer tout le travail ?

Des exemples, il y en a des tas, que ce soit dans la vie personnelle ou dans la vie professionnelle. Dans la vie personnelle, c’est encore plus blessant et plus humiliant de tomber sur des pros du mensonge sans savoir les démasquer.

En flanant à la FNAC, comme j’ai l’habitude de le faire, je suis tombée sur un livre fort intéressant : « Comment obtenir la vérité en moins de 5 minutes » de David J. Lieberman. Je me suis dit de suite que c’était encore un  n-ième livre de développement personnel, un de plus, qui ne m’apprendra pas grand chose et qui s’arrêtera que sur des généralités. Je l’ai tout de même ouvert, j’ai parcouru quelques pages et j’ai été tout de suite conquise. Conquise tout simplement parce qu’il contient des conseils pratiques, des situations réelles, des dialogues, en fait tout ce qu’il me fallait.

Ah, je crois que j’ai suscité un peu d’intérêt, je vois une lueur dans vos yeux, ou du moins je la devine. Très bien, n’insistez pas, je vous donne tout de suite quelques conseils.

Les signes qui indiquent que l’on vous ment :

– le langage des yeux : « la personne évite de croiser votre regard »

– il existe un décalage entre le geste et la parole (par exemple, une personne qui dit oui puis fait oui de la tête quelques secondes après)

– lorsqu’une émotion est feinte, son expression se limite au bas du visage (exemple : le sourire avec les lèvres pincés)

– la personne esquisse un mouvement comme pour s’éloigner de son accusateur (exemple : en direction de la sortie)

– la personne utilise vos mots pour vous répondre

– le lapsus révélateur

– la personne ajoute des informations jusqu’à ce qu’elle soit sûre de vous avoir fait gober sa version des faits

– une personne qui invente une histoire a tendance à faire abstraction des points négatifs (exemple : inventer un voyage dans une destination paradisiaque)

– la personne se sent mieux et plus détendue dès que l’on change de sujet

Ceci n’était qu’un extrait du chapitre 1 contenant 46 indices de mensonges. Ensuite, le reste du livre contient des plans d’attaque pour faire avouer ces mêmes personnes.

N’oubliez pas une chose, néanmoins très importante, vous devez toujours comparer le comportement de la personne en face avec le comportement qu’elle a en temps normal (cf. la série Lie To Me). En effet, si la personne en question est timide, elle croisera rarement votre regard, cela n’en fera pas pour autant une grande menteuse.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire : ouvrez l’œil !

Sondage du jour sur la productivité au travail

Productivity Doodles

Adepte des magazines Management et Courrier Cadres, j’aime beaucoup lire les articles sur le développement personnel. J’aime savoir comment je fonctionne, que dois-je améliorer en moi ou dans mon travail… En ce moment, un des sujets qui m’intéresse est la productivité au travail. D’ailleurs, à ce sujet êtes-vous plutôt du matin ou du soir ? Avez-vous l’habitude de travailler aux aurores ?

Productivité au travail : êtes-vous plutôt du matin ou du soir ?

View Results

Loading ... Loading ...

De mon côté, je suis plutôt du soir.