L’effet « Born to dance », une battle à Broadway

Go

En regardant ce film, je me dis que la vie est une battle. Il faut se battre pour vivre, se battre pour survivre, se battre pour exister. Sur un mode un peu plus directif je me dis :
Prends ta place !
Bouge-toi !
Réveilles-toi !
Ne te laisse pas faire !

Plus sérieusement, si je ne me bats pas, personne ne le fera à ma place. Sauf bien sûr les gentlemen, mais il y en a tellement peu dans ce monde que cela devient une réelle surprise quand l’un d’entre eux se manifeste. Je ne laisserai personne me marcher sur les pieds, je ne laisserai personne se moquer de moi, je ne laisserai personne me ridiculiser.

Mais attendez, je ne vous ai pas dit d’où je venais, où j’ai vécu pendant de longues années avant de déménager. Le 9.3, oui, le 9.3 ! C’est le département le plus mal vu de France, est-ce bien ça ? Ce département qui fait qu’un CV est jeté à la poubelle au bout de 5 secondes chrono. Mais c’est aussi une très bonne école de la vie. Je peux vous assurer que vivre en cité dans le 9.3 nous apprend énormément de principes comme :
– respecter les règles, uns sorte de charte non écrite, surtout non écrite
– respecter son prochain (parents, voisins, amis, camarades de classe, professeurs, …)
– défendre son prochain, vous connaissez sûrement l’effet de groupe, le truc qui fait qu’un gars se retrouve à se battre contre une cité entière car on l’a mal regardé, euh en plus soft bien sûr
– aider son prochain (le beurre du 11ème étage donné aux voisins du 9ème, laisser entrer le voisin qui a claqué la porte avec la clé à l’intérieur, garder la clé d’un voisin pour la donner à quelqu’un de sa famille …)
– avoir un certain esprit d’équipe
– aimer le sport (terrains de basket avec ou sans panier, non, je plaisante, quoique je ne suis pas très loin de la réalité)

En conclusion, ce film me fait penser que si on se tait, on meurt. Si on se tait, on est réduit au silence. Si on se tait, les choses empirent et se dégradent.

Donc prenez votre place dans la société, bougez-vous, réveillez-vous, ne vous laissez pas faire. Personne ne doit vous intimider, personne ne doit vous impressionner.

Si ça continue, je pourrai devenir critique de film, ah non je ne peux pas, je travaille déjà dans l’informatique ;)

L’effet Hit Girls : back to the nineties (années 90)

Graffiti music background, urban art

« Sérieux, il m’arrive quoi là ? »

Je regarde le film « Hit Girls », un film sur des étudiants qui se mettent à passer des concours pour devenir les meilleurs chanteurs a capella de tous les Etats-Unis.

Une fois le film terminé, me voilà plongée dans les années 90. Ma jeunesse, mes années collège/lycée ! Pourquoi donc ? C’est simple, une des actrices du film s’est mise à chanter du Blackstreet. Et là, ça a fait : Boum ! Bam ! Boum ! Un déclic. Un flashback du tonnerre ! J’ai des flashs, je revois mes tenues extra-larges, mes t-shirts Michael Jordan, ma casquette Nike, mon jean Levi’s 501, mes sweats Scott et mes air max ;)

Je file sur Youtube, j’écoute du Blackstreet : No Diggity. Je me rends compte que je n’étais pas si forte que ça en anglais au lycée parce que, comment vous dire, les paroles sont assez osées. Du coup, je me dis que je vais écouter un peu de Warren G, la chanson « This DJ », je me souviens des paroles, je délire en fredonnant un peu de rap, ça déchire ce son ! Ensuite, de fil en aiguille je me mets à écouter « Regulate » de Warren G avec Nate Dogg. Je ne sais pas pourquoi ça me fait penser au film Bad Boys avec Will Smith et Martin Lawrence et à la chanson mythique de Bob Marley reprise dans le film. J’enchaîne sur le son « Shy Guy » de Diana King, une tuerie ce son ! En plus, on avait fait une chorégraphie dessus au lycée, c’était même une des épreuves de sport qui comptait pour le bac lol.

Comme quoi, les flashbacks c’est flippant, ça vous retourne le cerveau en deux secondes !

Pour ceux qui ont l’habitude de me lire, désolée pour ma manière de rédiger, je suis retombée en enfance, que voulez-vous ? C’est spontané, sans aucun filtre, ni aucun contrôle :) Je laisse mon esprit divaguer et je pense à Babyface, à Keith Sweat, à Boyz II Men, à Mariah Carey, … Je suis coincée dans un autre espace-temps, je risque de rapper d’une minute à l’autre, comme au lycée : « it’s kinda easy when you listen to the G-dump sound… » Non, j’arrête, je vous rassure, je ne veux pas qu’il pleuve, il faisait si beau aujourd’hui.

Ps : D’ici quelques jours, vous retrouverez des articles un peu plus sérieux, du Linux, du shell, du python. Ne supprimez surtout pas mon blog de vos favoris parce que vous n’aimez pas le R&B et le rap, please !!!

Je ne regarde plus les films d’horreur

shadow

Ce soir, je me suis amusée à me remémorer quelques films vus depuis mon enfance et je me suis rendue compte que mes goûts ont évolué avec l’âge. Il y a des films que je pouvais manquer pour rien au monde étant petite et qui maintenant m’ennuient au plus haut point. Il y en a d’autres que je ne supportais pas et que maintenant je commence à apprécier. Je vous laisse découvrir de quels types de films je parle.

  • Comédies françaises « grand public » pendant l’enfance et l’adolescence (La grande vadrouille, Rabbi Jacob, le gendarme de Saint-Tropez, les trois frères, la soupe aux choux, le gendarme à New York, Ali Baba et les 40 voleurs, …)
  • Films d’arts martiaux pendant l’enfance et l’adolescence (les films de Bruce Lee)
  • Films d’horreur pendant l’enfance et l’adolescence (Chucky, Exorciste, Scream, Souviens-toi de l’été dernier, Halloween, massacre à la tronçonneuse)
  • Adaptations de romans de Stephen King pendant l’adolescence (Carrie, les langoliers, les tommyknockers, Misery, Ça, Running Man, Cujo, Carrie)
  • Les films de Hitchcock pendant l’adolescence (les oiseaux)
  • Blockbusters, films d’actions américains de l’enfance jusqu’à l’âge de 20-25 ans (Terminator, Total recall, True lies, Rocky, Rambo, Kickboxer, Double Impact, Chasse à l’homme, le professeur Foldingue, le flic de Beverly Hills, un prince à New York, les films de Bruce Willis, Independance Day, Men in Black, Titanic, Speed)
  • Films catastrophes vers 20 ans (Twister, le pic de Dante)
  • Films de sciences fiction ou fantastiques depuis mon enfance (Star Wars, Retour vers le futur, Matrix, Sixième sens, bienvenue à Gattaca, Minority report, V pour Vendetta, Inception)
  • Comédies musicales R’NB/hip hop vers la vingtaine (Honey, Save the last dance, step up)
  • Films « Bollywood » vers la vingtaine (la famille indienne ou Kabhi Khushi Kabhie Gham)
  • Comédies romantiques, à partir de 20 ans (Coup de foudre à Notting Hill, 4 mariages et un enterrement, coup de foudre à Bollywood, Arnacoeur, the holiday, l’abominable vérité, la proposition, ce que pensent les hommes, 27 robes …)
  • Films engagés depuis mes 20 ans (Erin Brockovich)
  • Drames psychologiques depuis pas très longtemps (Shutter Island)

Vous avez remarqué comment mes goûts ont évolué avec l’âge.

Maintenant quand je regarde un film catastrophe du style « 2012 » ou « Hereafter », j’apprécie moins, voire beaucoup moins. Le fait est que depuis quelques années, nous avons vu tellement de catastrophes que nous ne souhaitons plus trop les voir au cinéma (ex : ouragan Katrina, Fukushima, le volcan islandais…).

Idem avec les blockbusters, les films d’action du style Transformers, Unstoppable, I am a legend, je passe un bon moment en regardant le film mais sans plus. J’ai comme l’impression que le film manque de profondeur, de substance.

Je vois de plus en plus rarement des comédies musicales, je trouve qu’elles se structurent toujours de la même façon : deux personnages opposés mais complémentaires ou encore deux styles musicaux qui s’associent (save the last dance) ou enfin un groupe contre un autre groupe (battle).

Par contre, il y a des styles qui ne m’intéressent pas du tout, ce sont les films à huis clos par exemple (Cube par exemple). C’est oppressant, frustrant, angoissant, on n’a qu’une envie c’est sortir de la salle de ciné, ou encore, si on est chez soi, ouvrir la fenêtre et prendre un grand bol d’air.

Je n’aime pas non plus les road movies, à un moment donné on a envie de leur dire : « c’est bon, garez votre voiture et prenez le train ou l’avion ou que sais-je mais svp changez de moyen de transport ! « .

Pour terminer, je vais reprendre le titre de l’article. Je ne regarde plus les films d’horreur, ça me glace le sang, quand c’est bien réalisé et tourné. Ou au contraire, ça me fait rire (Dream House avec Daniel Craig).

Et vous, êtes-vous constants dans vos choix cinématographiques ?