Comment passer d’expert à débutant en SSII ?

En SSII, il y a des avantages et des inconvénients, j’en ai déjà parlé lors d’un précédent article. Mais aujourd’hui nous allons voir les choses sous un autre angle.

Quand vous êtes en SSII, vous êtes prêts à faire des missions plus ou moins longues dans des domaines plus ou moins vastes. Vous êtes experts ou généralistes. Vous êtes plutôt Windows ou plutôt Linux. Vous avez l’étiquette chef de projet ou encore développeur. En somme, vous pouvez faire tout et n’importe quoi. Vous pouvez passer d’une casquette d’expert à une casquette de débutant en un rien de temps.

Comment ? Passer d’expert à débutant ? D’habitude les ingénieurs d’affaires nous font passer de débutant à expert, non ? Non vous avez bien lu. En SSII, nous passons souvent d’expert à débutant. Je m’explique car je sens que je vous ai perdu.

Vous êtes bien au chaud dans une mission qui vous convient ou vous êtes montés en compétence tranquillement non sans embûches, non sans efforts. Et bam ! Vous changez de mission. Et bam ! Il faut tout recommencer de A à Z. Les collègues, les clients, les prestas comme vous, il faut s’approprier les lieux, il faut revoir son trajet, intégrer tout ça et j’en passe. Mais il faut aussi tout apprendre, le contexte, les projets, les technos, les procédures, les outils, … On redevient presque comme un étudiant, il faut apprendre, poser des questions, se tromper, recommencer. Et rebelote, on recommence le lendemain et le surlendemain. Si vous avez de la chance, cette période ne dure qu’un temps, disons 3 mois à 6 mois. Mais si vous tombez sur une mission vraiment ardue, la montée en compétences peut durer jusqu’à un an.

Au début, c’est nouveau, tout beau, tout propre. Vous avez le sourire, vous vous êtes bien installés. Mais après, il faut de la persévérance, de la résistance, ne pas avoir peur du ridicule. Car ridicule vous allez l’être, ridicule vous allez le rester un bon bout de temps. Le temps de monter en compétences, d’apprendre. Il faut du courage aussi, du courage pour poser les questions qui fâchent. Et vous vous demandez pourquoi on ne m’a pas briefé avant. Avant quoi ? Vous venez d’arriver, lol. Vous vous dîtes, mais pourquoi ce n’est pas documenté, documenté, ça l’est, c’est que tu as mal cherché. Et j’en passe.

Au final, je souhaite du courage, de la patience, de la persévérance, de l’autodérision à tous les collègues prestataires, en SSII. Courage camarade !

C’était un article coup de gueule, mais ça fait du bien de temps en temps de dire les choses. Cela fait du bien d’argumenter sur la fameuse expression tant utilisée en entretien : « capacité d’adaptation ». Donc, oui les prestas en SSII, vous avez une EXCELLENTE CAPACITÉ D’ADAPTATION ! Et vous pouvez le crier haut et fort.

N’hésitez pas à commenter, je sais que ça faisait longtemps que je n’avais pas posté d’articles sur mon blog mais maintenant vous savez pourquoi. Je suis prise, je suis en pleine « montée en compétences, apprentissage, documentation » et ridiculisation ;)

Mourad

Hello!
Personnellement, je préfère être en interne dans une entreprise où il est possible d’évoluer.
Les SSII considèrent l’humain comme de la viande, non?
Ou alors, il faut se faire porter par une SSII en étant « indép », pour être gagnant financièrement.

Fatiha

Ah oui c’est carrément un bon plan d’être indépendant ! Je n’y suis pas encore ceci dit.
Dans ton entreprise actuelle, as-tu eu l’occasion d’évoluer ?

Mourad

Oui, carrément!
Mobilité de service en service, sachant que je n’ai pas de formation IT à l’origine.
Et maintenant, je mets le nez dans le code JAVA, je grep… sur de la TMA.

Fatiha

La TMA j’en ai fait un temps pour une boîte telecom c’était une excellente expérience. Tu corriges des bugs et en même temps tu codes de nouvelles fonctionnalités.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *